Avis sur la “cup” ou “coupe menstruelle”

Dans une démarche zéro déchet, une des préoccupations écologiques concerne l’hygiène féminine et plus particulièrement les protections hygiéniques, comme l’utilisation du tampon hygiénique et/ou de la serviette hygiénique. La coupe menstruelle est réutilisable pendant plusieurs années.

Les protections hygiéniques jetables, en particulier les serviettes hygiéniques qui contiennent du plastique, génèrent une quantité importante de déchets. Le tampon étant biodégradable, il se dissout une fois jeté dans les toilettes tandis que la serviette hygiénique est jetée avec les poubelles domestiques non recyclables au même titre que les couches jetables.

Par ailleurs, la question de la composition des protections hygiéniques jetables est également remise en question. Certaines substances toxiques, en contact avec des zones très perméables de notre corps, sont susceptibles de présenter un risque pour notre santé : présence d’agent blanchissant, de chlore, glyphosate, phtalate… C’est pourquoi l’on trouve de plus en plus de tampons à base de coton bio mais qui ne résolvent qu’une partie de la problématique.

Par ailleurs, on voit apparaitre ces derniers mois de nombreuses alternatives écologiques comme la culotte menstruelle lavable, les serviettes hygiéniques lavables ou encore les coupes menstruelles.

Cette dernière, également appelée “cup menstruelle” rompt avec les codes habituels des protections périodiques, comme les tampons et serviettes, qui absorbent le flux menstruel et qui nécessitent d’être jetés après utilisation. La coupe vaginale va servir à recueillir le sang tout au long de vos règles. On la conservera dans son vagin pendant toute la période de menstruation.

Est-ce compliqué de passer à la coupe menstruelle ?

Quand on découvre la cup, on se pose au départ beaucoup de questions sur son utilisation : efficacité, facilité d’insertion, confort, règles d’hygiène à suivre… Je souhaite vous faire partager mon expérience de la coupe menstruelle car je pense que cela peut permettre de répondre à un certain nombre de vos interrogations. Il est vrai qu’un temps d’adaptation est nécessaire avant de vraiment “l’apprivoiser” mais vous serez assez vite fixée pour savoir si ce mode de protection vous convient. Pour ma part, je l’ai essayée et presque aussitôt adoptée !

Je dirais qu’il n’est pas difficile de changer ses habitudes en matière de protection périodique. Il faut avant tout être prête à s’ouvrir à de nouvelles pratiques et tenter l’expérience. Le meilleur moyen de savoir si la coupe menstruelle vous convient, c’est de l’essayer ! On préfèrera une période de week-end ou de congés pour la tester tranquillement à la maison.

Avant de pouvoir l’essayer, on doit d’abord sélectionner le modèle qui nous convient et notamment prendre la bonne taille qui permettra de recueillir efficacement le flux et qui vous procurera le plus grand confort.

Quelle taille de cup choisir ?

Lorsqu’il s’agit de choisir sa cup, la question principale reste le choix de la taille. Il existe différents modèles de différentes marques, avec systématiquement le choix entre 2 voire 3 tailles.

Ce qui détermine ce choix, c’est principalement :

  • si vous avez déjà ou non accouché par voie basse.
  • le flux de vos menstruations
 

Les femmes n’ayant jamais eu d’enfant par voie basse prendront en général la plus petite taille (taille S). Cependant, si leurs règles sont abondantes, elles opteront pour la taille au-dessus afin de ne pas avoir à vider leur cup à répétition, à condition que la cup s’adapte parfaitement à la taille de leur vagin. En effet, une cup trop grande peut procurer un sentiment d’inconfort.

Pour les femmes ayant déjà eu un ou plusieurs enfants, on prendra la taille moyenne (taille M) ou la grande taille (taille L). Certains fabricants ont deux voire trois tailles disponibles. C’est en général assez bien indiqué sur le site internet des fabricants.

Le choix théorique de la taille paraît donc assez simple. C’est la pratique qui va confirmer si oui ou non, vous avez opté pour la bonne taille. Il ne faut donc pas avoir peur de dépenser une vingtaine d’euros pour essayer votre cup et vérifier qu’elle vous convient parfaitement. Si ce n’est pas le cas, vous devrez en acheter une seconde dans la bonne taille. Vous pourrez toujours trouver une personne de votre entourage à qui offrir celle qui ne vous va pas. C’est une bonne occasion de lui faire tenter l’expérience !

Pour ma part, ayant eu deux accouchements par voie basse, j’ai pris la taille M qui correspond à la plus grande taille du fabricant que j’ai choisi (qui ne possède que deux tailles). Je suis satisfaite de cette taille : la cup se positionne bien, elle tient bien, il n’y a pas de fuites et elle me permet de tenir 8 heures si le flux est léger à moyen. Si le flux est abondant, elle me permet de tenir 3-4 heures en journée. En ce qui concerne la nuit, je la conserve pendant les 8 heures sans avoir à me lever.

Est-ce qu’on a des fuites avec la coupe menstruelle ?

Une des premières questions que l’on se pose sur la coupe concerne sa fiabilité. Je me suis d’abord demandé comment un si petit objet est capable de recueillir mes règles sans fuite tout en n’étant pas absorbant, contrairement aux tampons et serviettes. C’est tout simplement grâce à l’effet “ventouse”. La coupe étant positionnée très bas dans le vagin, sa matière souple épouse parfaitement les parois vaginales.

Lorsqu’elle est bien positionné, la cup vous offre plusieurs heures de protection sans aucune fuite. Lorsque vous irez aux toilettes vous n’aurez pas nécessairement besoin de la vider à chaque fois. Mais au début, vous l’enlèverez systématiquement pour vérifier son niveau de remplissage et apprendre à connaître votre flux.

La plupart des fabricants de cup indiquent une durée de protection de 8 heures. C’est assez vrai la plupart du temps pour ma part hormis dans la période de pic de règles où le flux est plus important. La coupe se remplit donc plus vite, surtout dans la matinée après être passée d’une position allongée à une position verticale. Dans ce cas, on videra sa coupe plus souvent en journée. Les premiers temps, pour se rassurer, on ajoutera une protection dans la culotte comme une serviette afin de s’habituer à la coupe. Par la suite, un simple protège-slip suffira jour et nuit. Dans tous les cas, le flux varie d’une femme à l’autre. Vous adapterez donc la fréquence en fonction de vos besoins.

Est-ce qu’on l’enlève pendant les règles ?

Non, vous allez porter votre cup pendant toute la durée de vos règles jour et nuit. On la ressort du placard au tout début des règles et on la range une fois qu’on ne saigne plus du tout. Les seules fois où l’on va retirer sa cup, c’est pour la vider au cours de la journée dans les toilettes et pour la douche quotidienne. Il est recommandé de laver sa coupe une fois par jour. Le moment le plus pratique, c’est pendant la douche. Tout d’abord, vous enlevez votre cup, puis la videz dans la douche et la rincez, ensuite on va la nettoyer au savon et bien la rincer à l’eau chaude. Vous pourrez ainsi la réintroduire à la fin de votre douche, avant de vous essuyer.

Un bon nettoyage quotidien est primordial afin d’éviter la prolifération des bactéries, et ainsi éviter le syndrome du choc toxique.

A la toute fin des règles, il est recommandé de la stériliser avant de la ranger dans sa pochette. Il existe différents systèmes de stérilisation. Pour plus d’informations, retrouvez ce guide qui explique comment entretenir sa cup. Pour ma part, je ne l’ai jamais fait et me suis contentée d’un bon lavage quotidien au savon et à l’eau chaude.

Comment l’insère t-on et comment la retire t-on ?

Au départ, savoir comment l’insérer et la positionner n’est pas très intuitif. On commence déjà par bien se laver les mains. Ensuite on prend la cup entre ses doigts et on la plie pour former une corolle. Pour le pliage, référez-vous directement à la notice de votre coupe grâce aux schémas explicatifs. On la positionne à l’entrée du vagin, donc très bas, contrairement au tampon qui touche le col de l’utérus. La matière souple va lui permettre de s’ouvrir et d’être complètement déployée dans votre vagin. Afin d’être sûre qu’elle soit bien positionnée, vous pouvez passer votre doigt autour de la cup afin de vérifier que vous ne l’avez pas remontée trop haut (par exemple dans le col de l’utérus). Si c’est le cas, vous pouvez tirer légèrement sur la tige. Pas de panique, elle ne va pas tomber ! Votre périnée est là pour la retenir.

Pour vérifier qu’elle est positionnée suffisamment bas dans votre vagin, vous devez sentir la tige à l’entrée de votre vagin. Cela peut être perturbant au départ de la positionner si bas, mais ne vous inquiétez pas, si elle est bien positionnée vous ne la sentirez pas du tout, et aucun risque qu’elle ne tombe si vous avez choisi la bonne taille.

Pour l’enlever, asseyez-vous confortablement sur les toilettes. Trouvez la tige de votre cup qui va vous permettre de repérer la base de votre coupe. Il ne faut pas tirer sur la tige mais remonter un peu plus haut afin de pincer entre deux doigts la base de votre coupe. Attention à ne pas trop appuyer dessus pour ne pas faire ressortir le flux. Une fois saisie entre vos doigts, videz son contenu dans les toilettes. Il est nécessaire de l’essuyer avec du papier avant de la réintroduire pour pouvoir à nouveau la replier entre vos doigts et avoir une bonne prise en main. 

 

Est-ce confortable ? Est-ce qu’on la sent ?

La coupe est particulièrement confortable. Tout d’abord, sa matière très souple épouse parfaitement votre anatomie et s’adapte à tous vos mouvements et à toutes vos positions. Le fait qu’elle vienne en appui sur les parois de votre vagin lui permet même de venir masser la zone du bas-ventre, ce qui contribue à réduire les douleurs menstruelles. Pour ma part, depuis que j’utilise la cup, j’ai la sensation d’avoir moins de crampes pendant mes règles.

Par ailleurs, la cup est particulièrement confortable à porter car elle ne vient pas assécher les muqueuses comme pourrait le faire un tampon quand le flux est léger. Il n’y a donc aucun risque d’irritations car sa matière est le plus souvent du silicone médical qui glisse parfaitement. Ce matériau est parfaitement adapté pour l’hygiène intime car il est hypoallergénique, sans phtalates, sans bisphénol A, sans latex et sans parfum.

Quelles différences par rapport à un tampon ?

Les utilisatrices régulières de tampons se demandent sûrement quelles sont les différences entre la cup et les tampons.

En termes de sensations, pour ma part, j’ai noté une différence non négligeable par rapport au tampon, j’avoue un peu déstabilisante au départ…  En effet, la cup n’étant pas absorbante, elle laisse une sensation d’humidité à l’intérieur du vagin. Les premières fois qu’on la porte, cela peut donner une sensation de fuite et donc faire douter de son efficacité. Mais en réalité cela est tout à fait normal car il reste une très faible quantité de liquide entre la cup et les parois de votre vagin. C’est d’ailleurs cette humidité qui permet à la cup de bien tenir et de jouer son rôle protecteur via l’effet ventouse. Une fois qu’on s’habitue à cette sensation, on est parfaitement rassuré sur l’efficacité de la cup et on arrête de courir toutes les 5 minutes aux toilettes pour vérifier qu’il n’y a pas de fuites !

Est-ce efficace en position allongée ?

On peut se poser la question légitime de l’efficacité de la cup pour retenir les flux lorsqu’on est en position allongée. On imagine que le flux peut déborder de la cup en raison de notre position. Détrompez-vous, l’effet ventouse fonctionne parfaitement dans toutes les positions, même allongée. Ce qui veut dire que la cup vous offre une nuit complète de protection sans avoir à vous soucier de changer de protection. Je dirais même qu’elle protège mieux la nuit que les protections conventionnelles. Pour ma part, lorsque je portais encore des protections jetables, je devais porter un tampon et une grosse serviette hygiénique pour la nuit. Je devais parfois me relever dans la nuit pour change de tampon.

Dans quels cas ne pas utiliser la cup ?

Pour ma part, je ne vois qu’une situation où elle n’est pas efficace, c’est dans l’eau. Pratiquant régulièrement la natation, j’ai remarqué que de l’eau remonte dans la cup, ce qui indique que l’effet ventouse se perd dans l’eau.

En revanche, pour la pratique du sport comme la gym ou la course à pied, je la trouve très efficace et même très pratique.

 

 

nos conseil et astuces zéro déchet

Laisser un commentaire